Indika raconte une histoire étrange et surréaliste sur la croyance religieuse

03.04.2024
Par Colin Campbell, contributeur
Indika est un jeu qui s'adresse à ceux qui aiment se perdre dans des récits singuliers et énigmatiques, ancrés dans des cadres historiques inexplorés. L'histoire d'Indika est celle d'une humble nonne vivant une existence terne et morose dans la Russie du XIXe siècle. Un jour, elle entame un voyage littéral et métaphorique accompagnée uniquement de ses pensées et du diable. S'en suit alors une mission surréaliste de découverte de soi, à travers le prisme de la croyance religieuse (et du doute).
Le jeu a été développé par Odd Meter, studio initialement basé à Moscou dont la plupart de l'équipe s'est relocalisée à Almaty, au Kazakhstan, suite à l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Indika s'adresse à ceux qui aiment se perdre dans des récits singuliers et énigmatiques, ancrés dans des cadres historiques inexplorés. Le fondateur du studio, Dmitry Svetlow, raconte avoir toujours voulu créer un jeu abordant la religion en Russie, s'inspirant des expériences personnelles de son enfance.

« Le sujet de la religion m'a toujours profondément fasciné », dit-il. « J'ai grandi dans une famille très religieuse et à plusieurs reprises, ma mère et moi avons vécu des semaines durant dans un monastère de femmes en tant que pèlerins. Ainsi, le fondement de l'histoire est basé sur mon expérience personnelle et le cheminement m'ayant conduit à m'éloigner de la religion. »
Indika 7
Pour ses recherches, l'équipe s'est plongée dans les livres abordant l'histoire et le thème de la religion en Russie. « En ce qui concerne l'exactitude historique, la situation est double », explique Dmitry. « D'une part, notre réalité est alternative, grotesque, voire féérique, avec de nombreux éléments du monde réinterprétés de manière créative. Mais d'un autre côté, pour ce qui est resté réel, nous avons essayé de le recréer aussi précisément que possible. »

« Dans notre équipe, nous possédons une connaissance approfondie de l'année et de la région de Russie où se déroule l'action, ainsi que des technologies existantes (ou non) à l'époque. En ce qui concerne la religion, comme je l'ai déjà dit, mon passé a été ma principale source d'information. Je sais même lire un peu le vieux slave ecclésiastique ! »

Indika possède une esthétique frappante et magnifique, inspirée de l'architecture russe. « L'équipe principale de notre studio est composée d'architectes », explique Dmitry. « Nous avons une compréhension unique du style pour le développement de jeux et l'esthétique, au sens large du terme, occupe une place centrale dans le projet. »
Indika 2
L'équipe a également été inspirée par les films de réalisateurs post-modernes, psychologiques et expérimentaux tels que Yorgos Lanthimos, Terry Gilliam et Alejandro González Iñárritu, ainsi que le célèbre réalisateur russe Andrei Tarkovsky, ayant fui l'Union soviétique dans les années 1980.

Indika aborde le thème de la désorientation, alors que la nonne fait face au traumatisme de la découverte de soi et communique avec Satan. « Nous avons plusieurs couches narratives dans le jeu », dit Svetlow. « Paradoxalement, il était important pour nous de briser l'immersion, de créer un effet de dépersonnalisation. »

L'histoire du jeu est agrémentée d'énigmes, qui constituent environ un tiers du jeu. Dmitry Svetlow déclare que ce fut « un défi intéressant » de créer des énigmes qui enrichissent « un jeu axé sur l'histoire de telle manière qu'elles n'interfèrent pas avec elle, mais aident à la raconter. »
Indika 5
« Nous avons créé les premiers prototypes d'énigmes il y a cinq ans, et vous n'imaginez pas combien on en a jeté », ajoute-t-il. « Presque tous nos éléments de gameplay sont uniques, ce qui signifie que la grande majorité des énigmes utilisent des mécanismes différents. Le fait qu'aucun des membres de l'équipe n'avait jamais réalisé de jeux similaires auparavant a compliqué notre travail, et nous avons donc dû découvrir en cours de route ce qui fonctionnait et ce qui ne fonctionnait pas. »

Dmitry espère qu'à la sortie du jeu, les joueurs établiront un lien émotionnel profond avec son histoire et les luttes de son protagoniste. « J'aimerais vraiment laisser le joueur perplexe, d'une bonne manière. Semer autant de questions que possible dans leur esprit », dit-il. « Lorsque nous écrivions le scénario, au début, la plupart des idées que je voulais exprimer étaient écrites directement, et la plupart des questions avaient des réponses. Plus tard, j'ai réalisé qu'il serait plus efficace de laisser la plupart des questions sans réponse tout en se concentrant sur la formulation correcte des questions, afin que le joueur puisse trouver les réponses par lui-même. »

Indika, de l'éditeur polonais 11 bit studios, sortira dans le courant de l'année sur l'Epic Games Store.